Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , , ,

Bertrand Betsch, Demande à la poussière (Microcultures) / Institut, L’effet whaou des zones côtières (Rouge-déclic) / Da Capo, Paradise (Autruche)

Plongé dans la rédaction des Années Lithium, je sens mes oreilles se déformer lentement au gré des musiques qui me parviennent de mes jeunes années, forcément rêvées, imaginées, recomposées. Forcément aussi, comme mû par ce vieux réflexe de sonder les réseaux sociaux à la recherche d’amis collège-lycée-fac, je me suis piqué de reprendre l’histoire où elle s’était arrêtée : rien ne vaut le présent finalement pour éclairer ce passé qui passe trop vite. Et on peut dire que ces derniers temps, les retrouvailles ont été belles avec les anciens de la maison Lithium. C’est d’abord Superbravo et La Fresto dont j’avais relaté les aventures ici, mais on pourrait citer aussi Michel Cloup Duo & Pascal Bouaziz, en compagnie du regretté Joseph Ponthus, sur À la ligne – Chansons d’usine, Nicolas Paugam et son magnifique Le ventre et l’estomac de 2019 (et sa chanson-vie parfaite, Rendez-vous au sommet). Ces dernières semaines, avec l’annonce d’un nouvel opus de Mendelson et de Françoiz Breut, c’est au tour de Da Capo, d’Institut et de Bertrand Betsch de remettre le couvert. Continuer la lecture de « Bertrand Betsch, Demande à la poussière (Microcultures) / Institut, L’effet whaou des zones côtières (Rouge-déclic) / Da Capo, Paradise (Autruche) »

Catégories coverÉtiquettes , , ,

Samara Lubelski reprend “¡Que Vida!” de Love (inédit)

Photo : Lisa Biedlingmaier

“J’ai assouvi un plaisir de fan en reprenant ¡Que Vida! de Love. Un morceau en apparence enjoué et fantaisiste, mais les paroles sont piquantes et, au-delà de ça, il y a la voix douce et la posture assurée d’Arthur Lee, et comme toujours, les arrangements magnifiques, qui atteignent dans ce cas, une pop au sens littéral. Extrait de Da Capoqui a toujours semblé être l’album de transition de Love entre le garage à la pop sans son apparat le plus entier – c’est la même chose – ¡Que Vida! est un des indices qui montrent ce qu’on pourra attendre de Forever Changes. Je l’ai enregistré à la maison dans le Lower East Side à NYC pendant ces cycles de répétition infinie, et concrétisé avec l’aide de mon collaborateur de toujours Moritz Finkbeiner (Metabolismus et Monsieur Morio). Depuis sa ville natale de Stuttgart, il ajouté les pistes d’orgue, de Pianet, de glockenspiel et les cloches de Noël. Les photos ont été prises en 2010 par Lisa Biedlingmaier au Wagon à Stuttgart, en Allemagne, le dernier jour d’une tournée européenne avec Moritz Finkbeiner, Werner Nötzel et Josh Stevenson (tous deux absents de la photo).”

Continuer la lecture de « Samara Lubelski reprend “¡Que Vida!” de Love (inédit) »