Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , ,

The Lunar Laugh, Goodnight Noises Everywhere (Kool Kat Musik/You Are The Cosmos)

Est-ce pour mieux s’aligner sur les festivités musicales institutionnalisées dans nos contrées ou, plus vraisemblablement, sur la survenue des premières chaleurs estivales ? Toujours est-il que la publication de ce troisième album de The Lunar Laugh le 21 juin dernier semble correspondre à la perfection avec le solstice de saison. Contrairement à ce que suggère son patronyme nocturne – emprunté, pour l’anecdote érudite, aux péroraisons astrologiques de l’album Cosmic Sounds de The Zodiac (1967)-  le quatuor d’Oklahoma City propose en effet une réinterprétation résolument radieuse d’une tradition musicale dont les sources principales demeurent ancrées dans les années 1970. Composées pour l’essentiel par Jared Lekites et Connor Anderson, ces dix chansons s’inscrivent dans le terreau toujours fécond d’une power pop ultra-référencée, sans même chercher à dissimuler leurs influences sous les attributs fréquentables du chic ou du bon goût consacré. L’efficacité mélodique et le plaisir simple de l’évidence sont  constamment privilégiés, au détriment de toute prétention résolument novatrice. En arrière-plan, planent souvent les ombres portées de quelques figures tutélaires aussi incontestables que bienvenues, Todd Rundgren et Lindsey Buckingham en tête, comme sur Another Casualty digne de figurer sur les meilleurs enregistrements de Fleetwood Mac, période californienne. Peu après, Waiting For A Sign et ses faux airs synthétiques de kitscherie FM apparaît comme le tube que cette feignasse de Rivers Cuomo aurait dû prendre le temps de composer l’an dernier plutôt que de sombrer dans le néant mathématique que la sagesse populaire et enfantine associe légitimement à la tête à Toto. Quant aux ballades Tell Me A Story et Lightning In Bottles, elles empruntent leur rythme country brinquebalant et leurs harmonies vocales confortables au meilleur des Jayhawks. De ce parcours syncrétique dans quelques une des pages les plus hautes en couleur de l’histoire musicale américaine, The Lunar Laugh parvient à faire émerger une œuvre constamment réjouissante et souvent brillante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *