Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , , , , ,

EggS, EggS (Hellzapoppin, Howlin Banana)

EggSNous les avions découvert sur scène au Supersonic et en première partie d’En Attendant Ana au Chinois à Montreuil, voici enfin le premier EP des Parisiens de EggS. Derrière un énigmatique nom, quasiment impossible à retrouver dans les moteurs de recherche, quatre jeunes gens, croisés pour certains dans d’autres formations – notamment Joujou Jaguar pour deux d’entre eux, Charles et Greg. Le groupe, à bien des égards, matérialise particulièrement bien la dynamique de la scène indépendante francilienne actuelle.

39th & The Nortons, Entracte Twist, En Attendant Ana, Belmont Witch, Sex Sux, Rose Mercie, Special Friend ou Edgar Déception dessinent toutes et tous à leur niveau les contours vibrants d’une musique se détachant du garage lo-fi en vogue ces dernières années, pour proposer une pop indépendante référencée mais libre. Ils jouent ainsi avec post-punk, garage, new-wave, folk-rock, slacker ou indie-pop comme autant de couleurs à appliquer avec fantaisie sur une toile vierge. Le format court d’EggS, sorti par l’infatigable Tom du label Howlin’ Banana (Brace Brace, Gloria, Volage, Madcaps etc.) accompagné des plus discrets mais très chouettes Hellzapoppin (Bootchy Temple, Nick Wheeldon, Chiens de Faïence) en offre une manifeste démonstration. En quatre titres, les Franciliens font une déclaration vive et ardente à la C86 et la pop pacifique, des Go-Betweens en passant par The Bats. Dès les premières notes de la superbe I Fell In Love With A Girl, She Didn’t Even Know I Exist Then I Formed My Own Band le groupe convoque le spectre des Verlaines, une des formations miraculeuses de l’écurie Flying Nun. Sur Ugly, la guitare se fait un peu plus insistante, elle semble empruntée à un disque de Pavement, mais la nature indie-pop de la formation revient bien vite au galop nous saisir de son intrépidité, croisant le fer avec de nombreuses formations australiennes actuelles (Rolling Blackouts Coastal Fever, The Stevens, etc). Sur un tempo tout aussi enjoué, Duck Pond maintient notre intérêt, à travers son orgue guilleret. Nothing Like This conclut l’affaire de la plus belle des manières, constituant peut-être même notre contribution préférée de l’ensemble; le pont psychédélique idéalement situé à mi-parcours du titre transfigure totalement la chanson et l’amène du coté du Velvet, des Pastels voire de Rain Parade. EggS, avec ce premier EP enregistré par Guillaume Siracusa (Young Like Old Men), offre un des disques indie-pop les plus attachants de ces derniers mois, une œuvre aussi sincère que juste, faite avec beaucoup de passion et un certain talent.

2 réflexions sur « EggS, EggS (Hellzapoppin, Howlin Banana) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *