Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , , , , ,

Too Smooth Christ, Angels and Voices (Nocta Numerica)

Too Smooth Christ, ou Christophe Le Gall pour l’état civil français,  publie régulièrement des maxis depuis deux ans – une douzaine à ce jour – sur son label Supergenius et d’autres.  Avec Angels and Voices (2017), édité par la structure Nocta Numerica, il livre enfin un premier album.

En House, et plus généralement musique électronique dédiée à la piste, l’exercice peut vite tourner au fiasco. Les raisons en sont nombreuses, mais ont toutes un point en commun : comment ajuster une musique créée pour la danse dans un format destiné à l’écoute domestique ?  Le risque est ainsi de vouloir retranscrire la dynamique de la piste en le délayant sur la longueur d’un album. Autre écueil courant: construire un long format autour de deux trois morceaux forts complétés de fillers. Nous ne savons pas si Too Smooth Christ a lui même réfléchi à la question, néanmoins, Angels And Voices, parmi d’autres, apporte une réponse intéressante. En effet, les huit titres instrumentaux composant l’album proposent une musique électronique de danse syncrétique, libre et sensible. Christophe Le Gall semble avoir été guidé par ses envies, refusant d’inscrire sa musique dans un contexte trop spécifique (des introductions rythmiques de 16 mesures pour mixer dans le tempo, par exemple).  De références, il est pourtant  souvent question. Une Roland TR707 renvoie aux premières heures de la House de Chicago, de Larry Heard ou Virgo Four (You, Angels and Voices). De sombres incantations de synthétiseurs nous transportent dans les classiques electro/techno de Detroit (Adieu Mono, Posti), entre Model 500 et Drexciya. Le travail sur les textures, analogiques (parfois acides), FM (des basses rebondies typiquement Yamaha), numériques (les nappes célestes)  et la composition sont notables : ils brillent par leur élégance, leur absence de tics d’époque trop prononcés. Christophe Le Gall ne se contente pas de réciter ses classiques ; ses influences, loin de voiler le dessein de l’auteur sont autant de couleurs que Too Smooth Christ dispose, par touches délicates, sur une toile pour créer une œuvre personnelle et intemporelle (Magic, Lizards Bar).


 

Une réflexion sur « Too Smooth Christ, Angels and Voices (Nocta Numerica) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *