Catégories festivalsÉtiquettes , , , ,

Musical Ecran 2020 : Brian Ferry, “Don’t Stop The Music” de Catherine Ulmer-Lopez

Brian Ferry
Brian Ferry, le dernier des célèbres playboys internationaux

Dans ce documentaire “made in” Arte diffusé prochainement sur la chaine de télévision culturelle franco-allemande coécrit avec Jean-Daniel Beauvallet, ancien rédacteur en chef “musique” du magazine Les Inrockuptibles, l’artiste Bryan Ferry, chanteur du groupe Roxy Music, est présenté comme une pièce majeure, sinon essentielle, de la pop britannique. Dans le cadre du panorama désormais habituel depuis les Beatles, s’intéresser à la figure de Bryan Ferry permet surtout, pour reprendre l’expression anglo-saxonne, de “Join the dots” (“relier les points”) parmi une cosmogonie dont l’astre majeur resterait David Bowie.

A l’image de Jackie Stewart, triple champion du monde écossais de Formule 1 d’origine prolétaire dont l’image publique a longtemps laissé penser qu’il était de bonne famille, voire noble de naissance, Bryan Ferry s’est joué du déterminisme des classes sociales britanniques pour incarner l’archétype du dandy devenu playboy. Pourtant, Bryan Ferry est né en 1945, fils de mineur de fond à Washington, près de Newcastle, tout au Nord-Est de l’Angleterre. Ce n’était donc pas gagné pour incarner trente ans plus tard une certaine idée du glamour malgré son premier rôle lors de la représentation d’une pièce de Shakespeare à l’école. Fan de rock dès l’adolescence, mais aussi amateur de jazz grâce à sa grande sœur, le jeune garçon capable de jouer du piano développe déjà un certain snobisme au point de se passionner pour le Tour de France et le champion cycliste Jacques Anquetil. Une tocade a priori anecdotique mais qui va lui permettre via un réparateur de vélos d’intégrer une première formation musicale en manque de chanteur. En parallèle, la méritocratie scolaire souhaitée par les gouvernements travaillistes permet à Bryan Ferry d’échapper à un destin étriqué via la Art School locale. Un de ses professeurs, est l’artiste pop britannique Richard Hamilton, responsable de la pochette du double White Album (1968) des Fab Four de Liverpool. Dès la fin des années 1960, Bryan Ferry s’échappe à Londres, attiré par le “Swingin’ London”. Après plusieurs expériences sans lendemain, le succès vient enfin avec Roxy Music, en pleine vague “glam rock”. Le groupe perd rapidement en route sa valeur ajoutée Brian Eno mais est adoubé par David Bowie lui-même en 1975. Sauf que le groupe se sépare alors, et Bryan Ferry semble vouloir se consacrer à une carrière solo initiée par des albums de reprises d’anciennes chansons.

In Your Mind, premier véritable disque avec des chansons originales sorti en 1997, inspirera d’ailleurs plus tard l’électron libre montréalais Tiga pour la pochette de son Sexor inaugural en 2006. Un documentaire britannique d’époque sur des étudiants à Manchester reflète l’importance artistique de Roxy Music, et quelqu’un comme Peter Saville, qui signera en 1982 la pochette de Avalon, ultime album à ce jour de Roxy Music, puis d’autres pochettes pour le seul Bryan Ferry, était un fan. Peut-être le recours à des magnifiques femmes mannequins, dont Amanda Lear en vedette For Your Pleasure en 1973, pour illustrer les cinq premiers albums a-t-il pu l’influencer. Dans la vraie vie, la sculpturale Jerry Hall, co-locatrice parisienne à son arrivée en Europe de sa compatriote Jessica Lange et Grace Jones, qui figurait sur Siren en 1975 va pourtant le quitter pour Mick Jagger. Elle est désormais madame Rupert Murdoch, son ainé de 25 ans, un des pires individus occidentaux vivant et en liberté. Dans une archive télévisée française fugace, Antoine de Caunes, Jacky et un troisième larron inconnu sont aperçus dans l’émission Chorus en train d’évoquer la reformation de Roxy Music en 1978. Les concerts de ce côté-ci de la Manche des Rolling Stones, Led Zeppelin, Pink Floyd mais aussi Roxy Music dans les années 1970 et 1980 ont pour tourneur K.C.P. (pour Koski Cochois Productions). Albert Koski est le compagnon de Danièle Thompson, fille de Gérard Oury devenue scénariste puis réalisatrice. Quand elle écrit pour le feuilleton télévisé Petit Déjeuner Compris (1980) un personnage de star du rock, c’est Bryan Ferry et Roxy Music qui se prêtent à l’exercice après le refus de… Mick Jagger. Ce qui nous vaut dans ce documentaire, bien construit au gré d’allers-retours thématiques plutôt que tout simplement chronologique, de savoureux extraits, dont celui où Marie-Christine Barrault, épouse à l’écran de Pierre Mondy, déclare au chanteur francophile et francophone qui s’affiche sur les murs de Paris : “Vous ne vous ressemblez pas du tout”.

Seul bémol, la période des années 1980 où Bryan Ferry, tel un Alain Chamfort de dimension internationale, fait dans la pop quadragénaire BCBG (l’album du succès Boys and Girls en 1985 avec les extraits Slave to Love et Don’t Stop the Dance, qui donne pourtant son titre au documentaire) est ici carrément occultée. Faut-il comprendre qu’elle n’est peut-être pas la tasse de thé d’un Jean-Daniel Beauvallet, autrefois dans les années 1990 guide à Liverpool du formiable documentaire You’ll never walk alone de feu Jérôme de Missolz et Evelyne Ragot en 1992 ? Nous apprenons en conclusion que Bryan Ferry, capable de s’afficher sans être ridicule en costume de cuir vert pomme à la télévision lors de la sortie d’Avalon et fait Commander of the British Empire (CBE) par la reine Elizabeth II en 2011, année de la dernière tournée de Roxy Music, concilie désormais son statut de chanteur iconique et son amour du jazz dans The Bryan Ferry Orchestra, où il reprend en version swing ses plus grands succès toutes époques confondues. Une certaine idée toute personnelle du rétrofuturisme…

Don’t Stop The Music de Catherine Ulmer-Lopez est projeté Mardi 8 septembre à 18h à la Bibliothèque Meriadeck à Bordeaux (entrée libre) dans le cadre du festival Musical Ecran organisé par Bordeaux Rock.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *