LA PLAYLIST DES NOUVEAUTES DE MARS 2021

agnès b. radioDans un effort de concision, nous avons composé cette première sélection du printemps d’une trentaine de titres, dont l’éclectisme ne surprendra pas les habitués. De Squid à Lana del Rey en passant par Gruff Rhys, Floating Points & Pharoah Sanders ou Spiritual Mafia, voici ce que nous avons découvert et apprécié ce mois-ci. Notez que nous sommes désormais également diffusés sur agnès b. radio, sur leur compte Spotify, ainsi que dans leurs boutiques à travers le monde. Si jamais vous entendez un morceau de pop ou de post-punk dans une boutique à Paris, Kyoto, Berlin ou New York, c’est nous !

Écoutez cette playlist sur votre plateforme favorite : YouTube, Deezer ou Spotify.
NDLR : Les playlists sur Deezer et Spotify ne comportent pas l’intégralité des 40 titres de cette sélection

01. Jim McCulloch, When I Mean What I Say (Violette Records)

Sur l’élégante structure Violette Records, Jim McCulloch, songwriter écossais qui a fait danser le monde entier avant de retrouver la confidentialité, signe aujourd’hui en solo des chansons à donner la chair de poule à Brian Wilson. (CB)

02. Maxwell Farrington & Le SuperHomard, We, Us the Pharaohs (Talitres)

Dès les premières notes, on entend le fantôme de Lee Hazelwood, toujours présent dans la voix de Maxwell Farrington et dans les compositions irréprochables. C’est alors qu’arrive le spectre de Scott Walker, planant sur la production qui parvient à conserver une légèreté contemporaine. Un équilibre réussi, qui donne envie de se plonger dans cette aventure réunissant l’australien Maxwell Farrington et Le SuperHomard avignonnais Christophe Vaillant. L’album Once sort le 30 avril chez Talitres. (PR)

03. Aldous Harding, Revival (4AD)

Aldous Harding reprend Revival, le classique de Deerhunter. Entre folk et la bossa, sa version est à la fois touchante et déroutante. (DJ)

04. Marinero, Nuestra Victoria (Hardly Art)

Ce single nostalgique extrait du futur album de Marinero baigne dans les influences 60’s. Une pop douce, légère et bien ficelée qui donne envie de se prélasser au soleil. (DJ)

05. Sven Wunder, En Plein Air (Piano Piano)

Puisse notre printemps ressembler à ce titre. (XM)

06. Matt Low, Vert Pomme (Microcultures)

On attend l’Auvergnat dévalant des autoroutes rurales, de folks embruns sur son premier album, il surprend et ravit finalement dans les moments à contrepied, dans les élégies orfèvres à rendre l’Air jaloux. (CC)

07. Lisa Li-Lund, Two Wheels (Pan European Recordings)

Il y a là beaucoup de mélancolie, un peu de Windsor For The Derby, un peu de Kate Bush et beaucoup de choses que Lisa Li-Lund n’avait fait qu’effleurer jusqu’à présent, l’album suit. Il est sublime. (EG)

08. Marie Delta, Fleurir (La Souterraine)

Mariette Auvray (Pussy Patrol, Libre Arbitre) s’invente un nouvel alias sous haut patronnage Stereolab, mais pas que. Brillant. (EG)

09. Special Friend, Ennemi Commun (Howlin Banana & Hidden Bay Records)

Après un premier EP remarqué, le duo parisien revient avec un album forgé dans la même pierre : un shoegaze DIY mêlant voix aériennes et guitares bruyantes. Ennemi Commun est l’un des titres les plus musclés de ce nouvel ouvrage. (CG)

10. Freshberry, 27 Club (autoproduction)

Duo composé de Pierre (Albinos Congo, Bisou de Saddam) et de sa femme Jiyeonne, aidé d’Antoine de Albinos Congo pour la batterie, c’est cotonneux et mélodique, les guitares y sont vaporeuses, ça sent bon la décennie 90. (VDPJ)

11. Dumb Train, Magmag (Too Good To Be True)

Deuxième belle sortie pour le nouveau label brestois avec Dumb Train, groupe québécois qui mélange avec nonchalance et talent multiples influences 80s et 90s pour en faire une musique très personnelle et qui tape bien. (CM)

12. Seppuku, The Office (Si Moiré Disques)

Les cinq gars originaires de Marseille viennent de sortir un EP et préparent un album – shoegaze suave et clip japonisant pour cet extrait de leur EP. (CM)

13. The Reds, Pinks & Purples, The Biggest Fan (Slumberland / Tough Love)

Après les albums de Vacant Gardens et de Painted Shrines, l’inusable Glenn Donaldson s’apprête à sortir son troisième disque de l’année, cette fois-ci sous le nom de The Reds, Pinks & Purples. Chronique à venir très prochainement. Glenn Donadson. Glenn Donadson. Glenn Donadson. Glenn Donadson. Fabienne Tabard ? (XM)

14. Jane Weaver, Heartlow (Fire Records)

Il suffit parfois d’alterner deux notes de guitare pour faire un morceau. Avec son chant broadcastien, Jane Weaver nous enchante dès la première écoute. D’autres moments de grâce parsèment le dernier album de l’Anglaise, paru le 5 mars chez Fire Records. (CG)

15. A Certain Ratio, Wonderland (Mute Records)

Les toujours actifs et inspirés Mancuniens sortent un nouvel EP en mai, ACR:EPA, enregistré pendant un week-end informel au studio peu de temps avant le décès de Denise Johnson. Premier extrait sec et funky, avec la belle voix de Denise. (CM)

16. Silk Sonic, Leave the Door Open (Atlantic)

Est-ce que Bruno Mars (avec le batteur/rappeur Anderson .Paak) ont leur place dans une playlist Section26 ? Certes, vous entendrez peut être cette chanson dans votre supérette pendant votre ravitaillement de dosettes de café, mais l’essentiel n’est pas là. Cette chanson est un superbe hommage à la sweet soul des années 1970 de groupes comme les Chi-Lites ou les Dramatics. La composition brille par son élégance intemporelle, le soin apporté aux arrangements relève d’un savoir faire d’orfèvre. Bruno Mars et Anderson .Paak, en plus de signer une super chanson, font de la musique populaire d’esthètes dans la tradition des Quincy Jones, Gamble & Huff ou Holland-Dozier-Holland. (AGF)

17. Lana del Rey, White Dress (Interscope)

Quand la voix faible de la chanteuse rencontre le son lointain et étouffé de ce qui me semble être une pipe à eau, c’est tout un roman de Russell Banks, toute une jeunesse que je n’ai pas vécue, qui me traverse soudain. (CD)

18. Floating Points, Pharoah Sanders & The London Symphony Orchestra, Movement 7 (K7!)

Pour ceux qui aiment le jazz, pour ceux, surtout, qui n’aiment ça. Disque de l’année ? On y revient fissa. (EG)

19. Field Music, Not When You’re in Love (Memphis Industries)

Field Music est devenu, au fil du temps, un vieil ami dont nous sommes contents d’avoir des nouvelles. Le duo britannique ne nous surprend plus mais sait toujours nous émerveiller avec sa pop aux influences progressives faisant le lien entre XTC et Gentle Giant. (AGF)

20. Sourdure, Nostra Foeira (Murailles Music)

Des nouvelles de l’Autre Monde, celui qui fait le tour de la Terre entière chauffé au poêle à bois, à la danse et, aussi un peu, à la gaufre version peyotl. Non desservi par le métro ou le RER. (CC)

21. Gruff Rhys, Loan Your Loneliness (Rough Trade)

Toujours à la recherche d’un thème marquant pour ces albums, Gruff Rhys a cette fois choisi l’histoire du Mont Paektu. Ce titre aliant pop savante et mélancolie annonce un grand cru. (DJ)

22. Bosco Rogers, Polar Moves (Bleepmachine)


Double face A pour le nouveau Bosco Rogers, Tiramisu/Polar Moves, sorti le 12 mars. Si les deux morceaux partagent une même coolitude absolue, ce Polar Moves se distingue particulièrement lorsqu’il s’éloigne des routes ensoleillées. La pop-psyché du début du morceau pourrait laisser craindre « un Temples de plus », mais l’on se rend vite compte que Bosco Rogers va au-delà du simple exercice de style pour évoquer davantage Beck lorsqu’arrivent guitares et congas, pour notre plus grand plaisir. (PR)

23. The Peacers, Ms. Ela Stanyon’s School of Acting (Drag City)


Je songe à une sorte de pick-up line complètement hors-sol du type : “Hé, à c’qui paraît, t’aimes bien les Beatles ? T’as déjà écouté Revolver ?” Bon. Mais en fait, si. Une accroche qui comme un irrésistible paradoxe fonctionne malgré tout, surtout parce que ça crachote bien derrière les oreilles, c’est tout le talent de Mick Donovan et de ses acolytes. (PN)

24. Todd Briefly, The Extensive Waterways of the United Kingdom (Just Step Sideways Records)


Un projet solo venant de Londres, dans la même veine que The Cool Greenhouse. Chaudement recommandé ! (VDPJ)

25. Holiday Ghosts, Off Grid (Fatcat Records)


Bon, on va pas les mettre tous les mois quand même ces spectres des vacances ? Si ? Franchement trouvez-moi un truc qui fasse autant de bien que cette sorte d’évidence pétillante et humble et OK on verra si on change pas notre fusil d’épaule, en attendant, profitez bien de ce cadeau si rare qu’est l’enthousiasme. (PN)

26. Unschooling, Social Chameleon (Howlin Banana Records)


La France n’a rien à envier au Canada, la preuve avec Unschooling qui, depuis 2019, nous régale avec un post punk dansant et vitaminé ! Affaire à suivre avec Random Acts Of Total Control, à paraitre chez Howlin’ Banana à la mi-avril. (VDPJ)

27. Squid, Paddling (Warp)


Il arrive, lentement mais surement, le premier album de Squid. Après le massif Narrator début janvier, c’est Paddling que le groupe dévoile en single, continuant d’intriguer avec son post-post-punk (sic !) groovy en diable, dépassant le simple revival comme on nous en sert depuis des années pour essayer de faire plutôt du neuf, de l’audicieux, avec un sens de crescendo accrocheur le long de morceaux-tiroirs braillards et puissants. (EV)

28. TDA, Présence (Michel Records)


Samuel Gougoux (Jonathan Personne, Corridor) s’est perdu dans la forêt canadienne avec des objets en métal. Résultat : un disque habité, en français, où sons no-wave se percutent à des rythmes indus. Fascinant album à venir. (TS)

29. Kükens, Conseils (autoproduction)


Groupe de Metz au synthpunk squelettique, direct, drôle. (RS)

30. Surprise Barbue, Kabukichō (ZAMZAMREC)


Ce duo dijonnais, barbu et fou de synthés, vient de sortir un album cosmique et hypnotique, KABUKICHŌ, qui mérite grandement qu’on s’y attarde, comme en témoigne la vidéo qu’ils ont concoctée. (CM)

31. Spiritual Mafia, Lunch (Anti Fade & Ever/Never Records)


La pépite la plus excitante du moment nous vient d’Australie. A la manoeuvre, des têtes connues évoluant dans Ausmuteants, Exek et les regrettés Cuntz. Lancinant, intense et explosif ! (VDPJ)

32. The Drin, (I’m) on 75 (FUTURE SHOCK)


Ce groupe dont on ne sait que peu de choses nous vient de Cincinnati, et il se pourrait qu’il y ait en son sein des membres de The Serfs (autre formation froide du coin). La question taraude : seraient-ce les fils/filles spirituel(les) de Section 25 ? (VDPJ)

33. Il est Vilaine, Les Mystères de Lorient feat. Narumi Hérisson (Dialect Recordings)


Il est Vilaine, duo parisien adepte du jeu de mot subtil, donne un avant-goût de leur album à paraître le 21 mai avec l’excellent Mystères de Lorient (Lorient/L’Orient, vous l’avez ?), sur lequel la talentueuse Narumi Hérisson (Tristesse Contemporaine, Jeanne Added) vient nous chanter esprits dans sa langue maternelle, telle une Debbie Harry kabuki (période Koo Koo). Car ce titre donne envie de danser dans des clubs enfumés un peu douteux, à l’image de la video très réussie qui rappelle ces clips visionnés au hasard la nuit sur M6, sans jamais tomber dans la parodie. (PR)

34. Driftmachine, Memories of the Lakeside (Umor Rex)


Extrait du nouvel album du duo berlinois Driftmachine sur l’excellent label mexcain Umor Rex – qui fête à cette occasion ses 15 ans. Un exercice bass abtrait, dans la pure lignée Dub Techno initiée par Pole ou Basic Channel par exemple. Planant et hypnotique. (VC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *