Catégories chroniquesÉtiquettes , , , , , , , ,

Young Gun Silver Fox, AM Waves (Légère Recordings)

Young Gun Silver FoxPas un jour ne passe sans que l’un d’entre nous annonce son départ des réseaux sociaux. La démission de facebook devient l’une des nombreuses figures de styles du monde contemporain, une manière d’affirmer aux yeux des autres sa singularité. Reconnaissons être tous plongés dans une certaine lassitude vis à vis de l’application (ou du site) du géant américain ; la spontanéité des débuts a laissé place à une communication resserrée et contrôlée pas toujours propice à découvrir et échanger avec les autres. Mais parfois des limbes, surgit l’inattendu.

Au milieu des vidéos sponsorisées sous-titrées, une lumière jaillit. Quelqu’un commente et nous surprend. J’ai ressenti cela quand un de mes amis a posté Mojo Risin’ de Young Gun Silver Fox en dessous de Patience de Tame Impala. Si AM Waves a été publié voilà un an, il n’est pas trop tard pour y prêter attention à votre tour, et peut-être avoir une révélation. Nous ne savons pas si le duo britannique est nostalgique de l’innocence des débuts de facebook, par contre, nous pouvons les soupçonner d’avoir fortement idéalisé les seventies, en tout cas en avoir humé les senteurs au point d’en exsuder les plus belles couleurs dans une pop raffinée, chaloupée et élégante.  Le jeune chanteur Andy Platts (Young Gun) et le chevronné multi-instrumentiste Shawn Lee (Silver Fox) rêvent-ils de croisières en costumes blancs sur un Yacht, bouteille de champagne au frais ? Peut-être, en tout cas ils allument la radio sur les bons vieux programmes AOR (Album Oriented Rock) et Smooth Jazz si populaires sur les ondes à modulation d’amplitude en Amérique du Nord. En dix chansons, les deux musiciens prodiges prodiguent un savoir-faire à l’ancienne moelleux et jouissif. Nous nous laissons conduire dans une grosse limousine rutilante au son de Crosby Stills & Nash (les voix), America (Midnight In Richmond), des Jacksons (le groove d’Underdog), les Doobie Brothers (Take It Or Leave It et ses faux-airs de What a Fool Believes), la blue eyed soul d’Hall & Oates ou Fleetwood Mac. Dehors les palmiers défilent, un couché de soleil orange vif caresse notre peau halée par les journées passées à la plage. Le mixage et les arrangements ont été réalisé dans les règles de l’art, AM Waves convoque ainsi l’esprit des frangins Porcaro et autres requins de studios au swing précis (Love Guarantee). Il est tellement rafraîchissant d’entendre une musique bien composée et chantée. Changements d’accords, ponts (celui de Just a Man par exemple) cisèlent dans les moindre détails un plaisir limpide. Comment en effet ne pas tomber sous le charme de LennyLe Rhodes satiné de Shawn Lee offre un écrin de velours au timbre de voix soyeux d’Andy Platts (Mamas Gun) pour un refrain intense et aérien. Le soir, la fête se prolonge dans une boîte de nuit au bord de la mer (la très réussie Kingston Boogie), Earth Wind & Fire et Billy Ocean résonnent dans les enceintes, la lumière des spots se reflètent sur les ondes tranquilles de la mer. Le lendemain, l’illusion s’évaporera peut-être, mais peu importe, laissons-nous guider au travers des AM Waves pour quelques instants de volupté loin du tumulte des réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *