Catégories chroniques nouveautésÉtiquettes , , , , ,

Tahiti 80, The Sunsh!ne Beat Vol. 1 (Human Sounds)

Vingt-cinq ans d’existence, un premier album il y a dix-neuf ans, six autres depuis : les Français de Tahiti 80 sont désormais des briscards de la pop indépendante hexagonale, de ceux capables de traverser et résister aux différentes modes. Imaginez-vous, certains lecteurs et lectrices de cette chronique (probablement égarés) n’étaient potentiellement pas nés quand Heartbeat passait dans les clips de M6 la nuit ! Chevronnés certes, mais pas blasés, les Rouennais. A vrai dire, leur volonté de se renouveler et de garder une oreille attentive et innocente sur l’idiome pop a quelque chose d’attachant et charmant.

Nous les savons adeptes de pop millésimée, de Montage en passant par Thin Lizzy comme le suggère la sélection de Xavier Boyer dans nos pages, pourtant il n’a jamais été question d’en proposer une contrefaçon. Le groupe normand s’est, au contraire, toujours attaché à explorer une certaine modernité. Celle-ci infuse délicatement depuis leurs débuts, associée à un héritage mélodique si important aux yeux de la formation. Tahiti 80 tente ainsi depuis deux décennies de capter l’ère du temps sans s’y jeter aveuglement. Le pari a toujours été tenu jusqu’ici. Avec des hauts et des bas, probablement, mais une constance dans l’envie jamais démentie. The Sunsh!ne Beat Vol. 1 ne déroge bien évidemment pas à la règle, malgré les choix de la formation de rendre hommage à la Sunshine Pop et au Bubblegum. Ce troisième album publié sur le label du groupe (Human Sounds) offre ainsi une synthèse entre références sixties et trouvailles de production contemporaines. La présence de deux vieilles connaissances de Tahiti 80, aux fonctions techniques, assure une continuité dans la discographie des Normands. Andy Chase fait son retour à l’enregistrement, il avait couché sur bandeleur premier album Puzzle (1999) et le suivant, Wallpaper for the Soul (2002). Tony Lash était de son coté également présent sur le second album ainsi qu’au mixage de certains morceaux de The Past, The Present & The Possible (2011). Bref, Tahiti 80 a réalisé l’album en famille, un climat, semble-t-il, propice à l’inspiration. The Sunsh!ne Beat Vol. 1 répond, sans réelle surprise, parfaitement aux canons des Français : une pop bien écrite et enjouée, légère mais pas superficielle, catchy mais avec une certaine profondeur. Tahiti 80 suit, tel un sacerdoce, sa ligne de conduite avec plaisir et un enthousiasme renouvelé et The Sunsh!ne Beat Vol. 1 propose une salve de singles d’une fraîcheur frappante. Natural Reaction est ainsi amené à devenir un classique des concerts du groupe. La chanson s’intercale à merveille entre les classiques de la formation (Heartbeat, 1000 Times, Changes etc.) et offre à Tahiti 80 une de ses ritournelles les plus réussies depuis un bail. Le morceau est en effet une petite bombinette discoïde et pop, super optimiste, parfaite pour se lâcher sur la piste en zieutant (pas si) discrètement son crush. Si tout l’album n’est pas aussi percutant, il se débrouille fort bien et s’inscrit dans les meilleurs des Rouennais. Impossible de ne pas succomber aux singles My Groove et Let Me Be Your Story, ces chansons sont deux autres moments de pure grâce, des rushs de pop pétillante et sucrée. Là (Wonderboy), le groupe flirte avec la pop baggy canal historique et moderne (Kasabian, Jagwar Ma) tandis qu’il s’éprend, ailleurs, de la Blue Eyed Soul, de True des Spandau Ballet (Hurts). Sur The Sunsh!ne Beat Vol. 1 nous croisons aussi bien sûr des groupes sixties, par exemple les Monkees sur Sound Museum, mais aussi et surtout Tahiti 80. Qui d’autres qu’eux pourraient faire une chanson comme Turning Point ? Elle résume à bien des égards la philosophie du groupe, déroulant une pop uptempo et mélancolique, mais équilibrée par une (french) touche d’espoir. À 25 ans, il est peut être trop tard pour changer radicalement, Tahiti 80 n’y prétend d’ailleurs pas, s’accordant même un retour aux sources, toutefois nous ne pouvons que constater à quel point les Rouennais gardent de leur éclat. À vrai dire, ce serait gén!al (et mérité) de les voir recruter des jeunes auditeurs avec The Sunsh!ne Beat Vol. 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *