Catégories chronique nouveautéÉtiquettes ,

Younolovebunny

YounolovebunnyPuisqu’il s’agit dans ces pages d’opérer un retour au Do It Yourself, partons à la rencontre d’un authentique bricoleur qui ne tourne pas autour du pot au moment de faire de la musique.
Younolovebunny donc, alias Claus Frøhlich dans le civil, est un songwriter que l’on a découvert chez nous en 2013 grâce à la K7 Happy Nation II publiée par Almost Musique. L’objet s’est avéré être une porte d’entrée parfaite pour appréhender l’univers démesuré du Danois, où des centaines de morceaux gravitent dans tous les coins (la K7 elle-même n’était d’ailleurs qu’une sorte de compilation d’un album digital de 50 titres). En effet, pour Younolovebunny il n’est pas très intéressant de distinguer une démo d’un morceau fini ; l’essentiel étant d’enregistrer comme ça vient avec les moyens du bord. Et si aujourd’hui l’enregistrement DIY est quasiment devenu une mode nostalgique qui se contente de recycler la démarche et l’esthétique d’une époque révolue, pour Claus Frøhlich c’est une nécessité tout à fait contemporaine. C’est pourquoi il immortalise ses compositions aussi bien à l’aide d’un vieux deux pistes analogique qu’avec un smartphone ou même une Apple Watch, comme sur son dernier disque Songs Of The Universe. Et quels que soient les moyens utilisés, le résultat est toujours bouleversant, mettant parfaitement en valeur des pop songs tantôt âpres, tantôt délicates, dont le manque d’assurance et la modestie nous rappellent à quel point composer une chanson, aussi élémentaire soit-elle, est un acte magique.

https://younolovebunny.bandcamp.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *