Catégories première nécessitéÉtiquettes , , ,

Clique & Collecte chez Locked Grooves à Strasbourg

Un disquaire par jour propose ses 10 albums du moment.

Locked Grooves, Strasbourg.
Locked Grooves, Strasbourg.

L’histoire débute il y a cinq ans. David, Phil du défunt Mudd Club et Quentin (Winston Smith) font un choix qui sauve l’honneur de la ville au rayon des disquaires indépendants : créer à nouveau un lieu où l’on puisse découvrir des nouveautés en vinyle. Il fallait alors admettre qu’à part une seule autre option réservée à l’occasion, les disquaires avaient tous finalement mis la clé sous la porte. Situés à l’époque rue de la Division-Leclerc, l’échoppe propose une sélection assez orientée sur la musique de club, avant tout parce qu’ils sont tous les trois DJ’s. De disco à house et techno, avec des écarts funk et post punk, les maxis s’échangent parmi une clientèle ouverte sur la région Grand Est et le Bade-Wurtemberg frontalier. Aujourd’hui, resitué à côté de la Place des Halles, David est seul à bord, car le disquaire de niche, même dans une ville à priori européenne, ne nourrit pas trois estomacs. Les choix du patron évoluent aussi, et s’élargissent à la wave, l’indus, avec une ouverture sur les classiques 70s, le hip hop, le dub et l’afrobeat, que ce soit de l’occasion ou des beaux repressages. Quelques envies pointent aussi d’élargir vers la musique expérimentale, contemporaine et baroque. David espère aussi monter Locked Grooves, le label, avec très probablement un EP de Wilt, projet basé entre Strasbourg et Besançon, histoire de mettre en perspective la production locale. En attendant, des jours plus fastes, s’il reste un disquaire, c’est celui-là, et il faut aller le soutenir.

Locked Grooves, 10 Place des Halles à Strasbourg. Joignable en clicque et collecte sur leur page facebook, leur site , ou par téléphone au 06 62 81 71 76.
Tous les articles de la série Première Nécessité (un disquaire par jour) sont visibles ici.

01. No Honey From These, The Twelve Secret Home-Tape Sessions (1983)

Side project minimal wave expérimental des néerlandais S.M. Nurse, originellement sorti en K7, retrouvée 25 ans après sa sortie, et repressé par Top Tape à 150 copies.

02. Doxa Sinistra, Universo : Selected Works 1982-1988

Très belle compilation passant en revue l’œuvre de ce groupe indus néerlandais, bien expérimental par moments et post-punk par d’autres. Un chouette panorama du groupe. Limité à 300 copies.

03. Bar06, Betonkust (Bar Records, 2020)

Excellente sortie du label Bar Records de Rotterdam. Trip acid electro cinématique.

04. Parbleu, Pas De Saints Au Paradis (Periodica, 2020)

Disco, afrobeat, jazz-funk par Parbleu, l’alias d’Andres Balbucea. Une nouvelle perle du label napolitain Periodica.

05. Kino-Moderno, Rift / Sync You (Rush Hour, 2020)

Une perle de house fluide signé par le japonais Kino-Moderno en 1990, repressée récemment par Rush Hour.

06. En Direct, A Shattered Frame (Lunatic, 2020)

Deuxième sortie de cet excellent projet allemand d’EBM/wave sur le label suisse Lunatic Rec.

07. Oneness Of Juju, Plastic (Strut, 2020)

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Oneness Of Juju, voici la parfaite anthologie : African Rhythms 1970-1982, parue sur Strut en 2001 et désormais à nouveau disponible.

08. Jeff The Fool & Wilt, Feel It EP (Thé Chaud Records, 2019)

La perle deep house locale par Jeff The Fool & Wilt, sortie l’an dernier chez Thé Chaud Records à Besançon. Wilt est un de mes bons clients, il étudie à Strasbourg. Un talent sûr à suivre…

09. Ye Gods, Dumah (L.I.E.S. Records, 2020)

L’anglais Ye Gods signe la bande son dystopique du moment chez L.I.E.S.

10. Vintage Crop, Gridlock (

Mon kiff garage rock australien du moment : Serve To Serve Again, le troisième album de Vintage Crop chez ANTI FADE Records.

Et aussi :  Silver Apples, Contact (Kapp Records, 1969)

La grosse tuerie proto-punk psyché de 1969. Un classique.

Une réflexion sur « Clique & Collecte chez Locked Grooves à Strasbourg »

  1. paradoxalement strasbourg est pourtant la plus grande ville de la region grand est et pourtant il n’a jamais etais easy pour un disquaire indépendant de vivre décemment dans cette ville , il y a 25 ans deja du temps de babouin records basé rue de l’écurie nous avions au final ramé sec et pourtant la ville est un gros pole étudiant ,mais la plupart a l ‘époque acheté surtout a la fnac place kleber et j’imagine quand 2020 la concurrence hégémonique et féroce d’amazon et consorts à du laissé plus que des miettes pour les disquaire indé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *