Catégories mixtapeÉtiquettes , , ,

I Like 2 Stay Home #49 : Passions Tristes

Un mix thématique par jour à écouter en temps de confinement.

Je ne sais pas comment ça m’est venu, ce besoin d’aller me replonger en adolescence, peut être le confinement, une certaine liberté de subir un flashback, tant l’esprit s’étend parfois très loin puis retombe lamentablement. Et niveau lamentable, nous l’étions pas mal, confinés en régions, ourdissant des plans qui ne nous donneraient pas forcément la liberté tant souhaitée mais qui allaient nous libérer de ce vilain carcan new wave. Dans cet entre deux, que garder? Je voulais m’amuser, j’ai vite abandonné la mission.
Je vous raconte donc ce que c’était d’être adolescent au milieu des 80’s à Strasbourg.
J’avais pensé intituler cette mixtape « avant la pop » mais 1) c’est nul et 2) nous en écoutions déjà, Buzzcocks, New Order, Suicide, The Cure, The Fall, Echo & The Bunnymen, PIL, Jesus and Mary Chain, Eyeless In Gaza, The Byrds, Wire, Wolfgang Press ou encore le sacro-saint Velvet Underground. Ça nous fera même une autre mixtape à l’occasion.
J’ai aussi évité le Big Four plus ouane du rock dit gothique (Joy Division, Bauhaus, Killing Joke, Siouxsie & The Banshees, Sisters of mescouilles) parce que chacun ont pris depuis des couleurs plus ou moins inouïes que notre vision terne du monde naguère – et peut être notre culture lacunaire
de mélomane en construction – ne nous permettait pas d’envisager un instant alors.
J’ai quand même pensé à des fragments, des illusions de découvertes, des émissions de radio (à Strasbourg, sur RBS, merci et bravo à ceux qui nous lisent encore, il savent qui ils sont), des concerts franchis comme le Golgotha (The Young Gods à la salle de la Bourse, Dead Can Dance au Palais des fêtes – tristes – de la Rue Sellenick, And Also The Trees – à la même affiche que les furieux et non moins indispensables, en ces temps confus, OTH lors d’une tournée Rock En France dont je louperai l’année suivante, toujours au maudit Fossé des Treize, ça ne s’invente pas mais ça se raconte encore et sans moi pour cause j’étais au ski, le concert de Suicide.
Et de Passion Fodder. Groupe fidèle qui revenait toujours, à heures fixes avec quelques variables d’ajustement, avec le même bordel instructif. J’ai envie de dire, un peu notre The Fall de petits conneauds. On a eu quelques bons moments dans tout ce gris, faut pas charrier. I can laugh about it now but at the times, it was terrible….
J’ai aussi réécouté un paquet de merdes infâmes, que je crois , je me forçais à aimer parce que c’était à la mode à l’époque et The Neon Judgement, désolé les gars mais j’ai pas tenu deux morceaux alors que j’avais un poster dans ma chambre, tu le crois ça ?!
J’ai aussi compris pourquoi, contrairement à d’autres qui peuvent y aller, je ne les hais point, je n’ai jamais pu subir Ministry ou Nine Inch Nails sans pisser dans mon froc de rire, j’avais déjà subi Skinny Puppy, Revolting Cocks, Nitzer Ebb et toutes ces daubes. J’avais pensé faire une mixtape « tu t’emmerdes en boite et tu danses même pas » et puis j’ai finalement fini par garder quelques morceaux, importants à l’époque pour moi, pas forcements géniaux aujourd’hui, quoique.
Et puis un jour, comme par miracle, la musique qui marchait au pas, ça ne me regardait plus.
D’autres choses, d’autres envies, d’autres ami(e)s, un après midi là bas, d’où l’on ressort de la chambre enfumée avec qui un disque de Felt, qui un autre du Monochrome Set.
On espère plus l’amour, on le découvre et il y a même un groupe qui porte son nom – Love.
Et les choses ne seront plus jamais les mêmes (Forever Changes), mais c’est une autre histoire…

TRACKLIST

01. Cocteau Twins, Blue Bell Knoll (Blue Bell Knoll, 4AD, 1988)
02. Death In June, To Drown A Rose (Brown Book, NER, 1987)
03. The Young Gods, L’Amourir (L’eau rouge, PIAS, 1989)
04. Big Black, Jordan, Minnesota (Atomizer, Homestead/Blast First, 1986)
05. Coil, The First Five Minutes After Death (Horse Rotorvator, Force & Form, 1986)
06. Coil, The Anal Staircase (Horse Rotorvator, Force & Form, 1986)
07. A Split Second, Rigor Mortis (Ballistic Statues, Antler, 1987)
08. Red Lorry Yellow Lorry, Nothing Wrong (Nothing Wrong, Situation Two, 1988)
09. The Fall, Who Makes the Nazis? (Hex Enduction Hour, Kamera, 1982)
10. Laibach, Delak (Krst pod Triglavom-Baptism, Walter Ulbricht Schallfolien/Sub Rosa, 1987)
11. Current 93, Hourglass For Diana (Earth Covers Earth, United Dairies, 1988)
12. In The Nursery, Deus ex Machina (Sonority 12’’, NER, 1985)
13. The Legendary Pink Dots, Black Zone (The Tower, In Phaze/Soleilmoon, 1984)
14. Cabaret Voltaire, Kino (Drinking Gasoline, Some Bizzare, 1985)
15. Section 25, New Horizon (Always Now, Factory, 1981)
16. Siglo XX, Dreams of Pleasure (Answer, Antler, 1983)
17. Southern Death Cult, Moya (Moya 12’’, Situation Two, 1982)
18. Passion Fodder, Tomorrow Is A Long Time (Fat Tuesday, Barclay/Beggars Banquet, 1986)
19. Swans, New Mind (Feel Good Now Documenting The 1987 Tour, Self-released, 1987)
20. The Cassandra Complex, One millionth happy customer (Theomania, Play It Again Sam Records, 1988)
21. Flue, Esmafarja (Vista, Torso/Divine, 1983)
22. Mecano, Robespierre’s Re-Marx 2 (Untitled, Torso, 1980)
23. Fra Pippo Lippi, The Treasure (Small Mercies, Uniton/Divine, 1983)
24. The Danse Society, Come Inside (Heaven Is Waiting, Arista, 1984)
25. The Durutti Column, Dance II (Circuses And Bread, Factory, 1986)
26. And Also The Trees, Virus Meadow (Virus Meadow, Reflex/New Rose, 1986)

3 réflexions sur « I Like 2 Stay Home #49 : Passions Tristes »

  1. Ca ressemble a vers chez moi la photo… ca ne serait pas une vue depuis la Necropolis de Glasgow?
    Des trucs d’avant mon temps cette playlist. Je n’ai pas connu Passion Fodder meme si j’avais beaucoup aimé certains disques de Theo Hakola. Love.. on n’etait pas nés pour Forever Changes, mais quel album. Je n’ai pas vu le concert a la Glasgow Academy en 2003 – mais pas grave, je venais de voir les « Andmoreagains » au tout petit King Tuts juste avant – still feeling blessed I was there! http://love.torbenskott.dk/tour2003/20030201_glasgow.asp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *