Catégories chronique nouveautéÉtiquettes

Elodie, Vieux Silence (Ideologic Organ)

ElodieAndrew Chalk et Timo van Luijk ont tous deux enregistré de très beaux disques d’une ambient contemplative et hypnotique, notamment en collaborant avec Christoph Heemann.
Continuer « Elodie, Vieux Silence (Ideologic Organ) »

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes

Quicksand, Interiors (Epitaph)

QuicksandWalter Schreifels ne poste pas de photo sur les réseaux sociaux pour claironner qu’il entre en studio ou qu’il mange un grilled cheese. Du coup, on a beau suivre sa carrière de près, il parvient à nous surprendre constamment.
Continuer « Quicksand, Interiors (Epitaph) »

Catégories disques rares et oubliésÉtiquettes , , ,

The Other People Place, Lifestyles Of The Laptop Cafe (Warp)

The Other People PlacePlus de quinze ans après l’arrêt de leur carrière, Drexciya reste l’un des secrets les mieux gardés de Detroit, et en même temps, une des figures les plus importantes de la scène locale, celle qui a vu émerger ses pères fondateurs : les Belleville Three (Kevin Saunderson, Juan Atkins et Derrick May), Mad Mike et le collectif Underground Resistance, ou Jeff Mills, pour faire court. En dix ans (1992-2002), Gerald Donald et James Stinson, producteurs techno issus de la seconde génération, ont posé les bases d’une musique électronique subtile, hypnotique et incroyablement riche, sous une pléthore d’avatars, dont le plus fameux reste Drexciya.

Continuer « The Other People Place, Lifestyles Of The Laptop Cafe (Warp) »

Catégories chronique rééditionÉtiquettes ,

Grouper, The Man Who Died In His Boat (Kranky)

GrouperAlors qu’est réédité ces jours-ci l’un des monuments de Grouper, le sublime Dragging A Dead Deer Up A Hill, le prestigieux label Kranky fait enfin paraître une collection inédite de chansons de la divine Liz Harris datant de cette même année 2008. Il y aurait long à écrire sur ce qui fait le charme de la musique de cette enchanteresse : sa beauté mystique qui invite au recueillement, l’impression de proximité et d’intimité qui émane des quelques accords de guitares de ses partitions folk, ce drone envoûtant comme un fort parfum d’encens, sa mythologie de la solitude et d’un rapport singulier (et parfois monstrueux) à la nature. Et que dire de cette si paisible voix qui, à peine susurrée, emplit avec aisance l’espace sonore et l’imagination de l’auditeur… Comme la plupart des albums de Grouper, The Man Who Died In His Boat repose sur un concept – comme on dit laidement. Continuer « Grouper, The Man Who Died In His Boat (Kranky) »

Catégories chronique rééditionÉtiquettes ,

Grouper – Dragging A Dead Deer Up A Hill (Kranky)

GrouperLa réédition en 2013 de Dragging A Dead Deer Up A Hill fera certainement figure, cinq ans après sa parution initiale, de non-événement. Cela conviendra à ravir à tous ceux qui veulent garder intime cette musique aussi subtile qu’essentielle. Surtout, il s’agira du plus bel hommage rendu à la musique de Liz Harris, elle-même empreinte de passivité, comme une ode au retrait, à l’inaction et aux sensations. On en voudrait presque à la chanteuse d’intenter un quelconque discours narratif, tant l’essentiel ici, relève du monde du suggéré. Bien avant qu’Animal Collective ne s’entiche de sa sensuelle évidence, la musique de Liz Harris méritait déjà l’attention. Elle s’était inventée tout un monde, une mythologie de l’étrange, où des créatures à demi-mortes se laissaient caresser par un vent métaphysique (Second Wind/Zombie Skin). Même si on l’imaginait alors comme une musicienne purement expérimentale, Liz Harris était déjà une artiste folk, en un sens bien plus proche de Vashti Bunyan que de Sunn O))).  Au milieu des années 2000, Liz Harris fait paraître un premier CD-R (Grouper) aussitôt suivi de Way Their Crept (l’autre chef-d’œuvre paru en 2005 sur Free Porcupine Society) qui reprend la plupart de ses titres. Continuer « Grouper – Dragging A Dead Deer Up A Hill (Kranky) »

Catégories fanzines

Mushroom

Fanzine Mushroom par Section26Édito

Ce fanzine est né dans l’urgence à un moment où nous, les 26 démissionnaires de la revue pop moderne, nous rendions compte que nous n’avions aucune envie de laisser les choses se terminer ainsi. Dans l’élan de notre claquage de porte (un désaccord de fond avec le repreneur de Magic), l’idée d’un one shot en forme de renaissance du format originel de notre revue – le fanzine Magic Mushroom, né en 1991, a marqué le début de l’histoire – nous semblait la meilleure idée pour boucler la boucle, et repartir sur d’autres aventures, collectivement. La suite, on l’imagine pour commencer sur la toile, puis sur papier, si les choses avancent bien. En tout cas, nous sommes Section26, et nous n’avons pas l’intention d’arrêter d’écrire sur la pop moderne.

format A4 | 64 pages | Télécharger le fichier à imprimer

Catégories chronique nouveautéÉtiquettes , , ,

John Maus, Screen Memories (Ribbon Music / Domino)

John MausDès les premières notes de Screen memories, quatrième album de John Maus, le synthétiseur analogique prend une fois encore toute sa place, et ce n’est pas anodin. Crée de toutes pièces par Maus, de la gravure du circuit à l’assemblage des pièces, il définit en grande partie son esthétique. Pour l’ancien clavier d’Animal Collective ou Panda Bear, et proche d’Ariel Pink avec qui il a longtemps collaboré, les sonorités de ces instruments hâtivement estampillées eighties vont plutôt chercher les bases de leurs harmonies au milieu de la renaissance, dans certaines pièces de musique médiévale qu’il a longtemps étudiées. Continuer « John Maus, Screen Memories (Ribbon Music / Domino) »